Τετάρτη, 31 Οκτωβρίου 2018

Saint Jose Munoz-Cortes the new martyr of Athens/ Greece, from Chile & Canada († 31 October 1997)


Light of Desert
ΕΛΛΗΝΙΚΑ: Ο Χιλιανός νεομάρτυρας Χοσέ (Ιωσήφ) Μουνιόθ-Κορτέζ (1997)


At the end of October 1997, a terrible event occurred, one that shook the entire Orthodox world. In Greece, a young Romanian brutally murdered Joseph, Jose, Munoz-Cortes, guardian of the renowned Miracle-working, Myrrh-streaming Iveron Icon of the Mother of God: The Keeper of the Portal.
An obituary compiled by the members of the “Icon’s House” Society in Montreal stated: “We live in a time of the flowering of spirituality, but only of satanic spirituality — a time when all that is of Christ, of Jesus, of God, evokes a tormenting irritation in carnal man and a rabid malice in the deluded. One of those deluded men brutally murdered Jose Munoz-Cortes, the guardian of the Miracle-working, Myrrh-streaming Icon of the Mother of God, the Keeper of the Portal.

In the fall of 1982, through ways unfathomable to the mind, an Orthodox Spaniard, an instructor of art history at the University of Montreal, was called by the Lord to a special service, which he was allowed to bring to its conclusion with a martyric death. In the face of his death, questions far from those contained in the police inquiry involuntarily arise. What did he feel when he first visited the Nativity Skete on Holy Mount Athos, where, as if accidentally, he noticed the Iveron Mother of God Icon? How did he understand the words of the Abbot of the Skete, Fr. Clement, when he unexpectedly yielded to the requests of the visiting young iconographer, saying, “The Most-Holy Virgin will leave with you”?
In what way was the gradual realization of the miracle expressed for him — from that very day, November 24, 1982, when Jose woke up in his Montreal apartment around three o’clock in the morning and noticed a blessed scent of unknown origin wafting over to him?

 


The Lord lead him with His mighty hand and His lofty design, and under these circumstances everything in the life of the future guardian of the Miracle-working Icon developed without artifice, and if it is possible to say so, naturally. An offspring of an ancient race, Jose was born in 1948 (1950) to a pious Catholic family in Chile. In 1962 while living in Santiago the 14-year-old boy was struck by the Orthodox divine services in the local Holy Trinity and Kazan Mother of God Church. He found himself in the church accidentally, as it were, while on the way to the Catholic cathedral. Two years later Archbishop Leonty of Chile baptized him into Orthodoxy. He studied theology in college for three years. Later, he wanted to accept monasticism, but there was not a men’s community where he had moved in Canada. Therefore, he continuously turned with prayers to the Most-Pure Theotokos that she show him his path, praying: “There I will go.”

He was certainly granted the possibility to stand before a miracle in this world, the kind of miracle that is impossible to comprehend. And the Holy miracle-working Icon, the Hope of those without Hope has healed not only the bodies but also the souls of those who turn to it, taming cruel hearts, bestowing the gift of tears, helping to find hope. Whoever saw the faces of the people, Orthodox and heterodox alike, in the many parish churches and monasteries to which Brother Jose brought the grace-filled myrrh-streaming Icon entrusted to him, the Icon of the Keeper of the Portal which opened the gates of heaven to the faithful, that person could not but comprehend, to the extent possible, how awesome and difficult to bear was the obedience given to this man, and how intolerable it must have been for the ancient serpent, the enemy of the Church of Christ.

In the sixth kontakion of the wonderful akathist to the Montreal Myrrh-Streaming Icon it is correctly noted: “You chose as the proclaimer of your miracles and the keeper of your icon in the Russian Diaspora not a bishop, not a prince, nor a monastic instructor, but an ordinary man from a foreign people, that no one might boast before God of his earthly origin. Rather that we may praise the praiseworthy, to know the Lord and in an Orthodox manner to call to Him: Alleluia.”
The more blinding the uncreated light of Christ’s miracles, the darker it is in the kingdom of this age. The murder of Jose Munoz-Cortes, guardian of the Miracle-working Icon of the Mother of God, is, we trust, still one more sign of the depletion of the branches of our time that have lived out their usefulness and a sign of the impending (rapid) approach of the victory that overcometh the world. “Even so, come, Lord Jesus!” (Revelation 22:20).




See:  

The Myrrh-Streaming Icons of Hawaii
Orthodoxhawaii.org/icons

AMERICA LATINA DE MI CORAZÓN ╰⊰¸¸.•¨* SAN JUAN MAXIMOVITCH Y SAN JOSE MUÑOZ-CORTES DE CHILE

The Stories of the Saints of North America
Saints Philaret, Metropolitan of New York & Eastern America
Matthew Gallatin: Thirsting for God in a Land of Shallow Wells
The Orthodox New-Martyr of Mexico: Paul de Ballester-Convallier
New Hieromartyr John Karastamatis of Santa Cruz
Lover of Truth: St John, The Wonderworker of San Francisco
LOVERS OF TRUTH: THE LIFE OF HIEROMONK SERAPHIM ROSE


A Different Light: Youthful Travelers in Contemporary America
Native American Pathways to Orthodoxy
Miley Cyrus, or: why Orthodox Mission in the West is an urgent need...
Orthodox Christian Monasticism in North America  

Saint Innocent and the Aleut people
The ancient Christian Church - About Orthodox Church in the West World...
 

Orthodoxy

New Martyrs  
A Deer Lost in Paradise
LIVE, BEYOND THE LIMITS!  

Latin America: Peoples in Search of Orthodoxy
Travelers on the Way to the Light


Σάββατο, 27 Οκτωβρίου 2018

October 28, 1940: the small Greece vs the Fascism & Nazism


Encyclical of Greek Orthodox Archbishop Demetrios of America for "No" Day (October 28, 1940)

Feast of the Holy Protection of the Theotokos
OXI (No) Day

To the Most Reverend Hierarchs, the Reverend Priests and Deacons, the Monks and Nuns, the Presidents and Members of the Parish Councils of the Greek Orthodox Communities, the Distinguished Archons of the Ecumenical Patriarchate, the Day, Afternoon, and Church Schools, the Philoptochos Sisterhoods, the Youth, the Hellenic Organizations, and the entire Greek Orthodox Family in America.

Beloved Brothers and Sisters in Christ,

Our commemoration of OXI Day each year leads us to reflect on a very challenging time in our world and for the people of Greece. As war was spreading throughout Europe, the Axis forces demanded the surrender of Greece on October 28, 1940. Bravely and honorably, the Greek people replied, “NO.” Today, we honor the bravery and sacrifice of our fathers and mothers who stood valiantly against the armies of the fascist powers. They proclaimed a resolute “NO” to occupation. The people of Greece affirmed their love of liberty and their right of self-determination. They saw the evil and unchecked power of fascist regimes, and in their response they committed their lives to protecting their country. In faith they knew that no matter the outcome they were willing to stand courageously in the face of this threat knowing that ultimately nothing could separate them from the nobility of their heritage and the love of God.

Today, we are inspired by our forbearers as we celebrate their courage and honor their memory. They said “NO” to those who advanced power and control at any cost. They stood firm against an ideology and its forces that would only separate them from their freedom, their rights, and their way of life. We find courage in their example and hope and strength in the promise that neither death, nor life, nor angels, nor principalities, nor things present, nor things to come, nor powers, nor height, nor depth, nor anything else in all creation will be able to separate us from the love of God in Christ Jesus (Romans 8:38-39).

Icon from here

The experience of God’s love and the promise that His love is always with us helped the people of Greece in hope and faith to endure all things (I Corinthians 13:7). They knew that the power of God’s love was greater than the power of fascist regimes. They knew that the love of God was essential to their freedom, and to their love for their families and communities, and for their country.

With the assurance and truth of God’s love, we are able to stand firm against any evil use of power or false ideology. As the people of Greece in 1940 and as many witnesses of our faith have done, we can boldly proclaim “NO” in the face of those who seek to destroy life and liberty, those who use power to abuse and manipulate others, and those who try to separate us from our faith and the love of God.

As we commemorate the valiant people of Greece on OXI Day, and we laud their courage before the world, may we give thanks to God for the witness offered to us and to generations to come. May we also pray for the eternal memory and blessed repose of those who stood heroically for their faith and their nation. May we be inspired to stand firmly in the love of God, knowing that nothing can separate us from the great and saving love we have in Him through Christ Jesus.

With paternal love in Him,

† D E M E T R I O S
Archbishop of America

See also

Saint Demetrios the Great Martyr & Myrrhstreamer of Thessaloniki (October 26)


MYSTAGOGY
 
The Holy Great Martyr Demetrios of Thessaloniki
 
The Megalynaria of Saint Demetrios
 
Saint Demetrios of Thessaloniki as a Monastic
 
Who Is St. Demetrios Killing In His Icon?
 
The Passion and Miracles of St. Demetrios by Anastasius the Librarian
 
A Study of the Miracles of Saint Demetrios
 
The Russian Veneration of Saint Demetrios the Myrrhgusher
 
The Myrrhgushing Miracle of St. Demetrios in 1987: A Testimony
 
The Skeptic Who Investigated the Tomb of Saint Demetrios
 
The Miracle of Saint Demetrios Loumpardiaris
 
Saint Demetrios and Elder Philotheos Zervakos
 
Saint Demetrios and the Earthquake of 1978
 
When the Icon of St. Demetrios Wept in Kalamata in October of 1940
 
Book: In Search of St. Demetrios and Byzantium
 
Memorial Saturday of Saint Demetrios and the Battle of Kulikovo
 
Saint Nestor the Martyr of Thessaloniki
 

Δευτέρα, 22 Οκτωβρίου 2018

Théosis (déification)


Icône de tous les saints (à partir d'ici)

fr.orthodoxwiki.org




















Theosis ("divinisation", "déification") est le processus consistant à devenir un fidèle libre d'hamártía ("manquer la marque"), s'unissant à Dieu, dès cette vie et en plénitude lors de la résurrection des morts. Pour les chrétiens orthodoxes, la Théōsis (voir 2 Pierre 1:4) est le salut. La Théōsis suppose que les êtres humains sont destinés dès le commencement à partager la vie ou la nature de la Toute Sainte Trinité. Par conséquent, un fidèle, enfant ou adulte, est sauvé, délivré de l'état de non-sainteté (hamartía - qui ne doit pas être confondue avec hamártēma "péché") pour la participation dans la Vie (zōé, et non pas simplement bíos) de la Trinité - qui est éternelle. Ceci n'est pas à confondre avec l'(apothéōsis) hérétique - la "déification dans l'Essence de Dieu", laquelle est imparticipable. 
 
La théologie orthodoxe
 
La déclaration de Saint Athanase d'Alexandrie : "Le Fils de Dieu s'est fait homme, pour que nous devenions Dieu", résume parfaitement la notion de Théosis. La seconde épître de Pierre (II Pierre 1:4) affirme que que nous sommes devenus "...participants de la nature divine". Athanase amplifie le sens de ce verset quand il dit que la théosis, c'est "devenir par la grâce ce que Dieu est par nature" (De Incarnatione, I). Ce qui, autrement, semblerait absurde, que tombé, l'homme pécheur puisse devenir saint comme Dieu est saint, a été rendue possible grâce à Jésus-Christ, qui est Dieu incarné. Naturellement, l'affirmation chrétienne essentielle, que Dieu est Un, fixe une limite absolue sur le sens de theosis - il n'est pas possible pour tout être créé à devenir, ontologiquement, Dieu ou même un autre dieu.

Voir aussi

Sotériologie
 
Le salut est le but du christianisme, et la tâche de l'Église. La "théologie du salut" est appelée Sotériologie.
Le christianisme orthodoxe croit fortement que Dieu s'est fait homme, afin que l'homme devienne semblable à Dieu (St. Athanase le Grand). Cette affirmation est le résumé du concept de theosis, essentiel à la théologie et à la spiritualité orthodoxes. De cette perspective, le salut n'est pas un acquis individuel - on ne l’obtient ni de ses propres forces et moyens, ni par l'accomplissement d'une loi quelconque -, mais un processus continuel de guérison de la nature humaine déchue, en collaboration avec la grâce de Dieu. Le christianisme considère le salut comme une délivrance de notre état de pécheurs ou de notre relation au péché. Le péché n'est pas la transgression d'une loi figée (d'où découlerait la culpabilité), mais une échec existentiel, un échec de la relation avec Dieu, avec son prochain, avec la création de Dieu, avec soi-même. Le penchant vers le péché est le signe (ou le symptôme) de la maladie de la nature humaine déchue, qui a besoin de traitement. La chute, le péché, le message évangélique, le salut sont considérés dans l'Orthodoxie à travers une relation d'amour. La participation au mystère du salut devient la participation à la relation d'amour avec le Dieu trinitaire. 

L'histoire du salut
 
Dieu a créé l'homme à son image et ressemblance 

Selon les Écritures, l’homme a été crée à l’"image" et selon la "ressemblance" de Dieu (Genèse 1, 26-27).
Être semblable à Dieu, par la grâce de Dieu est l’essentiel de la vie humaine. Les Écritures relatent que Dieu a «insuflé dans ses narines l’haleine [ou l’esprit] de vie » (Genèse 2, 7). Pour l’Église Orthodoxe, cet enseignement signifie que l’homme ne saurait être tout à fait humain, tout à fait lui-même, sans l’Esprit de Dieu.
L’image de Dieu signifie que l’homme a le libre arbitre, il a la raison, le sens de la responsabilité morale, tout ce qui sépare l’homme de l’animal et qui en fait une personne. Mais l’image signifie encore plus. Elle signifie le fait que nous sommes des « descendants » (Actes 27,28) de Dieu, nous sommes apparentés à Lui. Entre nous et Lui, il y a un point de contact, une similarité essentielle. L’abîme entre la créature et le Créateur n’est point indépassable, car nous avons été faits à l’image de Dieu et, pour cela, nous pouvons connaître Dieu et être en communion avec Lui.
La chute de l'homme

L’histoire de la Création et surtout celle d’Adam et Éve nous parle de la bonté fondamentale de tout ce qui existe et de la supériorité de l’homme par rapport aux autres créatures. Elle nous montre que l’origine du mal ne réside pas en Dieu, mais dans la plus parfaite de ses créatures, dont le choix libre du péché a porté dans le monde le mal et la mort, elle nous raconte comment l’homme a perdu la "ressemblance" à Dieu, la réponse à l’amour de Dieu.
L’Église nous enseigne que, lorsque nous ne répondons pas à l’amour de Dieu, notre humanité s’en retrouve diminuée. L’acte de foi qu’il demande de notre part n’est pas très différent de la foi et de la confiance que nous accordons aux gens autour de nous. Lorsque nous ne répondons pas à l’amour qui nous est donne par les gens qui nous aiment, nous devenons des individus superficiels et endurcis. 

Les prophètes

Depuis que l’homme était encore à l’image de Dieu, la quête de sens a été pour lui tout aussi importante que l’air et l’eau. La Création-même, oeuvre de Dieu, nous Le montrait. Mais, avant la venue du Christ, la signification du monde et de notre place à son intérieur était encore difficile à comprendre. Les gens ont créé des histoires pour les aider à expliquer le grand mystère de leur propre existence, du monde et de Celui qui était responsable de leur existence. Mais la connaissance du vrai Dieu leur échappait. Les Saintes Écritures parlent de cette absence de la connaissance comme obscurité. Dieu a envoyé alors des messagers pour leur parler, des saints hommes et femmes à travers lesquels il a fait des miracles, des prophètes qui annoncent le salut prochain. Finalement, Dieu a envoyé son propre Fils, Jésus Christ. Lorsqu’Il est venu, Celui qui a créé le monde a été enfin révélé au monde, en apportant de la lumière à ceux qui gisaient dans l’obscurité.
 
L'Incarnation

Mais, puisque l’homme est tombé, l’Incarnation n’est pas seulement un acte d’amour, mais aussi un acte de salut. Jésus Christ, en réunissant Dieu et l’homme dans sa personne, a rouvert à l’homme la voie de l’union avec Dieu. Dans sa propre personne, le Christ nous a montré ce qu’est la véritable « ressemblance à Dieu », et par son glorieux sacrifice rédempteur, il a replacé cette ressemblance à la portée de l’homme. Le Christ, le Second Adam est venu sur terre et il a renversé les effets de la désobéissance du premier Adam.
 
L’Église

La rédemption signifie que le monde n’est pas un but en soi, mais une réalité qui nous indique une autre, plus vaste, celle de l’amour de Dieu pour nous et pour tout ce qui est autour de nous. Le monde, le temps, l’histoire, nos vies elles-mêmes sont "une épiphanie de Dieu, un instrument de sa révelation, de sa présence et de son pouvoir".
Dieu n’a pas abandonne son peuple après l’Ascension du Christ aux ciel. Depuis la Pentecôte, Son Église est toujours présente. 

Le jugement dernier

Le Christ va juger tous les peuples seulement en considérant comment ils l’ont servi en travaillant l’un pour l’autre, le dernier de ses frères. Ceci va montrer comment chaque personne a aimé Dieu et son prochain, l’amour de Dieu et l’amour du prochain étant devenu un, un amour dans le Christ et qui est le Christ. Aimer de cet amour est aimer avec l’amour du Christ est d’accomplir son "nouveau commandment" : "comme Je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres" (Jean 13,34-35; 15,12).Ceci comprend toute la vie de l’esprit. C’est par cela – et uniquement par cela – que l’homme sera jugé. Ceci est le couronnement de toute vertu et de toute prière, le plus grand et le plus parfait des fruits de l’Esprit de Dieu dans l’homme. La venue finale du Christ sera le jugement de tous les hommes. Sa présence-même se sera le jugement. Pour ceux qui aiment le Seigneur, Sa présence sera une joie infinie, le Paradis et la vie éternelle. Pour ceux qui le haïssent, la même présence sera torture infinie, l’Enfer et la mort éternelle.
 
« Que tous soient un »

Lors de la Dernière Cène, le Christ a prié pour « que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi et que je suis en toi, qu’ils soient en nous, eux aussi » (Jean 17,21). Tout comme les trois Personnes de la Trinité « reposent » l’une dans l’autre dans le perpétuel mouvement de l’amour, l’homme, fait à l’image de la Trinité, est appelé à se «reposer » dans le Dieu-Trinité.

Hors l’Église, pas de salut

Saint Cyprien écrit : « L’homme ne peut avoir Dieu pour Père s’il n’a pas pour Mère l’Église ». Dieu est salut, et le pouvoir rédempteur de Dieu est médié pour l’homme par Son Corps, l’Église. Le père Georges Florovsky l’exprime d’une manière un peu différente : « Hors l’Église il n’y a pas de salut puisque c’est l’Église qui est le salut ». L’Église est l’unité de ceux qui sont unis avec la Trinité. L’Église Une est unie comme sont unies les trois Personnes de la Trinité. Si un membre de l’Église fait usage de cette Église de la manière juste, pour la communion avec Dieu, il deviendra «semblable » à Dieu, il va acquérir la ressemblance divine ; selon l’expression de St. Jean Damascène, il sera «assimilé à Dieu par la vertu ». Acquérir la ressemblance divine est d’être sanctifié («déifié»), c’est devenir un «second dieu », « dieu par la Grâce ».

Voir aussi
  • Olivier Clément, L’Église Orthodoxe, 7e éd., PUF [Que sais-je ?], Paris, ???
  • Jean Meyendorff, L’Église Orthodoxe : hier et aujourd’hui, ???
  • en: Carlton, Clark. The Life: The Orthodox Doctrine of Salvation (Faith Series). (ISBN 1928653022)
  • en:Ware, Kallistos. How Are We Saved?: The Understanding of Salvation in the Orthodox Tradition. (ISBN 1880971224

Voir aussi
 
 
Cet article fait partie de la série
Spiritualité Orthodoxe

Saints Mystères
Baptême - Chrismation Eucharistie - Confession Mariage - Ordination Sainte Onction
Trois étapes
Catharsis/Purification Theoria/Illumination Théosis/Divinisation
Hésychasme
Nepsis - Metanoia Hesychia - Phronema Mysticisme - Nous
Ascéticisme
La Chasteté - L'Obéissance
La Stabilité - Le Jeûne
La Pauvreté - Le Monachisme
Vertus
Humilité - Générosité Chasteté - Douceur Tempérance - Contentement Diligence
Prière
Culte - Vénération Règle de Prière - Prière de Jésus Reliques - Signe de la Croix
Pères de l'Eglise
Pères Apostoliques Pères du désert Cappadociens La Philocalie des Pères neptiques L'échelle sainte

Modifier ce sommaire

Σάββατο, 20 Οκτωβρίου 2018

DIEU DONNE LA PRIERE A CELUI QUI PRIE


Par STARETS SILOUANE - Moine du Mont Athos (1866-1936)
Source: "Starets Silouane, Vie-Doctrine-Ecrits, par l'Archimandrite Sophrony, Ed. Présence P : 274, 344, 288, 298
Orientation Orthodoxe Dogmatique Elaborée
 
Celui qui aime le Seigneur se souvient toujours de Lui, et le souvenir de Dieu fait naître la prière. Si tu ne te souviens pas du Seigneur, tu ne prieras pas non plus. Sans prière, l'âme ne demeurera pas dans l'amour de Dieu, car c'est par la prière que vient la grâce du Saint-Esprit. Par la prière, l'homme se garde du péché, car l'esprit en état de prière est absorbé par Dieu. Avec humilité, il se tient devant la Face du Seigneur que son âme connaît.
Mais, bien entendu, un débutant a besoin d'un guide spirituel, parce qu'avant la venue de la grâce du Saint-Esprit, l'âme doit soutenir un grand combat avec les ennemis et ne peut pas encore reconnaître quand c'est l'Ennemi qui lui apporte sa douceur. Seul peut le discerner celui qui a personnellement goûté à la grâce du Saint-Esprit. Qui a goûté au Saint-Esprit distingue la grâce à son goût.
O homme apprends l'humilité du Christ, et le Seigneur te donnera de goûter la douceur de la prière. Si tu cherches la prière pure, sois humble, sois sobre, confesse-toi sincèrement, et la prière t'aimera. Sois obéissant, soumets-toi de bon cœur aux autorités, sois content de tout, et alors ton esprit se purifiera des vaines pensées. Souviens-toi que le Seigneur te voit et sois dans la crainte de blesser ton frère ; ne le juge pas, ne le peine pas, même par l'expression de ton visage, - et alors le Saint-Esprit t'aimera et t'aidera en tout.
Le Saint-Esprit ressemble à une mère pleine de tendresse. Comme une mère aime son enfant et le protège, ainsi le Saint-Esprit nous protège, nous pardonne, nous guérit, nous instruit, nous réjouit ; l'Esprit-Saint est connu dans la prière accomplie avec humilité ( ... )
Celui qui prie par habitude n'éprouve pas de changement dans sa prière, mais celui qui prie de tout son cœur connaît bien des épreuves dans la prière ; il se trouve en lutte avec l'Ennemi, en lutte avec lui-même, avec ses passions, en lutte avec les hommes ; et en tout cela, il s'agit d'être vaillant. La prière incessante procède de l'amour, mais on la perd par les jugements, les vaines paroles et l'intempérance. Celui qui aime Dieu peut penser à Lui jour et nuit, car aucune occupation ne peut empêcher d'aimer Dieu. Les Apôtres aimaient le Seigneur sans que le monde ne les dérange, et cependant ils se souvenaient du monde, ils priaient pour lui et ils s'adonnaient à la prédication ( ... )
A moins de prier pour les ennemis, l'âme ne peut pas avoir de paix. L'âme à laquelle la grâce de Dieu a enseigné à prier aime avec compassion toute créature, et tout particulièrement l'homme. Sur la Croix, le Seigneur a souffert pour les hommes et son âme a été dans l'agonie pour chacun d'entre nous.
Le Seigneur m'a appris l'amour des ennemis. Privés de la grâce divine, nous ne pouvons pas aimer les ennemis, mais l'Esprit-Saint apprend à aimer ; et alors on aura de la compassion même pour les démons, car ils se sont détachés du bien, ils ont perdu l'humilité et l'amour de Dieu. je vous en supplie, faites un essai. Si quelqu'un vous offense, ou vous méprise, ou vous arrache ce qui vous appartient, ou persécute l'Eglise, priez le Seigneur en disant : « Seigneur, nous sommes tous tes créatures ; aie pitié de tes serviteurs et tourne-les vers le repentir. » Alors, tu porteras perceptiblement la grâce dans ton âme. Au commencement, force ton cœur à aimer tes ennemis ; le Seigneur, voyant ta bonne intention, t'aidera en tout, et l'expérience elle-même t'instruira. Mais celui qui pense du mal de ses ennemis, l'amour de Dieu n'est pas en lui, et il n'a pas connu Dieu ( ... )
Oh ! comme il faut demander au Seigneur de donner à l'âme humble l'Esprit-Saint! L'âme humble jouit d'une grande paix, mais l'âme orgueilleuse se tourmente elle-même. L'homme orgueilleux ne connaît pas l'amour divin, il est loin de Dieu. Il est fier d'être riche, ou instruit, ou dans la gloire, mais il ignore, le malheureux, sa pauvreté et sa ruine en ne connaissant pas Dieu. Mais le Seigneur aide celui qui lutte contre son orgueil à triompher de cette passion ( ... )
Avant d'être touché par la grâce, l'homme vit en pensant que tout est bien et en ordre dans son âme : mais lorsque la grâce le visite et demeure avec lui, il se découvre tout autre ; et ce n'est qu'ensuite, lorsque la grâce l'abandonne de nouveau, qu'il se rend compte que vivre sans la grâce est un grand malheur ( ... )
J'écris la vérité parce que j'aime les hommes. En effet, mon cœur souffre pour eux. Si je peux aider une seule personne à trouver le chemin qui sauve, je remercierai toujours Dieu. 0 peuples de la terre ! J'ai soixante-douze ans. je vais bientôt mourir. J'écris pour vous sur la tendresse de Dieu. Par le Saint-Esprit, le Seigneur m'a fait connaître cette tendresse. Et le Saint-Esprit m'a appris à aimer tous les hommes. je vous dis la vérité : je ne trouve rien de bon en moi. J'ai fait beaucoup de péchés, mais le Saint-Esprit les a effacés. C'est l'amour de Dieu qui m'a poussé à écrire.
                                                                                                                                               

Σάββατο, 13 Οκτωβρίου 2018

Saint Cosmas the Melodist, the Poet & Hymnographer (October 14)!


En.wikipedia (icon from here)
 
 
Saint Cosmas of Maiuma, also called Cosmas Hagiopolites ("of the Holy City"), Cosmas of Jerusalem, or Cosmas the Melodist, or Cosmas the Poet (d. 773 or 794),[1] was a bishop and an important hymnographer (writer of hymns) of the Eastern Orthodox Church
 
Life
 
Saint Cosmas (Greek: Κοσμάς) was probably born in Damascus, but he was orphaned at a young age. He was adopted by Sergius, the father of St. John of Damascus (ca.676 - 749), and became John's foster-brother. The teacher of the two boys was an elderly Calabrian monk, also named Cosmas (known as "Cosmas the Monk" to distinguish him), who had been freed from slavery to the Saracens by St. John's father.[2] John and Cosmas went from Damascus to Jerusalem, where both became monks in the Lavra (monastery) of St. Sabbas the Sanctified near that city.[3] Together they helped defend the Church against the heresy of iconoclasm.
Cosmas left the monastery in 743 when he was appointed Bishop of Maiuma, the port of ancient Gaza.[3] He outlived St. John by many years and died in great old age.

Works

As a learned prose-author, Cosmas wrote commentaries, or scholia, on the poems of St. Gregory of Nazianzus. He is regarded with great admiration as a poet. St. Cosmas and St. John of Damascus are considered to be the best representatives of the later Greek classical hymnography, the most characteristic examples of which are the artistic liturgical chants known as "canons". They worked together on developing the Octoechos.[2]

Saint Cosmas has been called "a vessel of divine grace" and "the glory of the Church."[4] He composed the solemn canons for Matins of Lazarus Saturday, Palm Sunday, the Triodes (canons with only three Canticles) which are chanted during Holy Week, the first canon of the Nativity (based on a Nativity sermon by St. Gregory the Theologian), and is known for his finest work, "Canon for Christmas Day".[3] [see the video]. Altogether, fourteen canons are attributed to him in the liturgical books of the Orthodox Church.[5] His most well-known composition is "More honourable than the cherubim…" (which is included in the Axion Estin), sung regularly at Matins, the Divine Liturgy and other services.

The hymns of St. Cosmas were originally intended for the Divine Services of the Church of Jerusalem, but through the influence of Constantinople their use became universal in the Orthodox Church. It is not certain, however, that all the hymns ascribed to Cosmas in the liturgical books were really his compositions, especially as his teacher of the same name was also a hymn writer.[2]

The Eastern Orthodox Church observes his feast on October 14 (for those Orthodox Christians who follow the Julian Calendar, October 14 falls on October 27 of the Gregorian Calendar).
 
See also 
Sts. Cosmas and Damian, 3rd-century martyrs
 
Notes
  • Other sources give the dates of his life as ca. 675 - ca. 751. Kathryn Tsai, A Timeline of Eastern Church History (Divine Ascent Press, Point Reyes Station, CA, 2004), p. 144.
  • Baumstark, Anton. "Cosmas". The Catholic Encyclopedia. New Advent. Retrieved 9 April 2011.
  • Byzantine Music and Liturgy, E. Wellesz, The Cambridge Medieval History: The Byzantine Empire, Part II, Vol. IV, ed. J.M. Hussey, D.M. Nicol and G. Cowan, (Cambridge University Press, 1967), 149.
  • Alexander A. Bogolepov, The hymns of the Orthodox Church Archived 2005-06-22 at Archive.is, Orthodox Hymns of Christmas, Holy Week and Easter. Accessed 2007-04-02.
    1. Tsai, op. cit.

Bibliography
    • Collections of hymns, varying in number, are attributed to Cosmas, and may be found in Jacques-Paul Migne, Patrologia Graecae (P.G.), XCVIII, 459-524, and in Christ-Paranikas, Anthologia graeca carminum christianorum (Leipzig, 1871), 161-204.
    • For the above-mentioned scholia on the poems of Gregory of Nazianzus, see Cardinal Angelo Mai, Spicilegium Romanum, II, Pt. II, 1-375, and Migne, P.G., XXXVIII, 339-679.
    • In general, see Krumbacher, Gesch. der byzantinischen Literatur (2d ed., Munich, 1896), 674 sqq.
    • Alexander P. Kazhdan - Stephen Gero, “Kosmas of Jerusalem: a more critical approach to his biography,” Byzantinische Zeitschrift 82 (1989), pp. 122–132. 
 
External links